lundi 7 février 2011

"Allô police" - La série télévisée - 1 -

      La série télévisée “Allô police” fut une série policière de la seconde partie des années 60 qui, sur 3 saisons, proposa 36 histoires {1} dont la grande majorité, 26 sur 36, furent diffusées en feuilleton quotidien de 5 fois 13 minutes, les 10 autres étant diffusées sous forme d’un téléfilm d'environ une heure et à un rythme hebdomadaire {2}.

Attention !... Un "Allô police" peut en cacher un autre...

      Dans leur ouvrage “Meurtres en séries : les séries policières de la télévision française”, Jacques Baudou et Jean-Jacques Schléret consacrent un chapitre à cette série {3}. On s'appuiera sur les informations qui y sont mentionnées pour alimenter en partie la présente fiche-étude.
      Le répertoire des “Fictions françaises à la télévision” de Jean-Marc Doniak {4} note que le titre d’origine de la série était “Appelez le 17”. Titre qui, s’il avait été conservé, aurait évité la confusion qui peut, avec le temps, être faite aujourd’hui avec la série radiophonique “Allô… Police !” diffusée sur Radio Luxembourg entre 1957 et 1961.
      Il ne faut pas confondre non plus la série avec le téléfilm belge de Manu Bonmariage sorti en 1987 “Allô police”, un documentaire qui se penchait sur le quotidien de la police de la région de Charleroi et de ses difficultés.

La belle équipe...

      Le thème de la série est la vie d’un commissariat de quartier parisien, qui doit faire face aux multiples faits divers quotidiens : crimes, accidents, disparitions, cambriolages, lettres anonymes,… Six personnages principaux font la vie de ce commissariat, et sont régulièrement mobilisés pour élucider ces affaires parfois peu ordinaires {5} :


      Le commissaire principal Lambert, interprété par Guy Tréjan {6}. Il offre l’aspect d’un homme affable et distingué, soigneux de sa personne. Le visage est empreint de courtoisie, mais capable de malice. Lambert a 45 ans ; il est marié, sans enfant. Il sera au cours de la série nommé Officier de la Légion d'Honneur !. Licencié en droit, il sait faire travailler sa matière grise. Il a le respect de tous, et l’admiration de ses officiers de police {7}.


       Le commissaire adjoint et officier de police Francin, interprété par André Thorent [André Barnier]. Solide, trapu, carré, 40 ans, célibataire. Le plus policier des collaborateurs du commissaire Lambert. Il aime son métier qu’il mène en loup solitaire et taciturne. Mais sous cette apparente dureté se cache un grand souci de justice et d’humanité.




      L’officier de Police Abadie, interprété par Fernand Berset. Un méridional massif de 45 ans, dont le visage débonnaire porte, en ornement essentiel, une grosse moustache noire. C’est le “comique” de l’équipe. Un bon policier pantouflard qui ne court pas après le boulot et qui n’a qu’une ambition : faire son métier le plus humainement possible.



      L’officier de police Mareuil, interprété par Bernard Rousselet. Une trentaine d’années, un peu blasé mais élégant de tenue. C'est le séducteur du commissariat. Son physique plaît aux femmes, mais son charme ne facilitera pas toujours le déroulement de ses enquêtes.



     Le brigadier / enquêteur Leblanc, interprété par Claude Ruben. Le plus jeune de l’équipe. 25 ans, frais émoulu de l'école de police de Beaujon. Fils d’un policier mort au feu, il entend faire carrière dans la police. C'est le "chien fou" de l'équipe, qui accepte toutes les tâches, persuadé que chaque enquête l’enrichit.  




     Mademoiselle Moreau, interprétée par Marion Loran. Jeune, blonde, d’allure sportive, c’est la contractuelle attachée au commissariat qui fait office de secrétaire et s'occupe des cartes d'identité. Un peu “bébête” (parce qu'elle est blonde??...), elle se fait gentiment taquiner par les policiers.



         Un septième personnage apparaît parfois au cours de certains épisodes : le commissaire Martial, de la Police Judiciaire, interprété par Raymond Loyer, un ami du commissaire Lambert, qui essaie parfois de coiffer son collègue au poteau pour débrouiller les affaires.

Le commissaire Martial, de la P.J. (Raymond Loyer, à gauche)
vient rendre visite à son ami le commissaire Lambert




{notes}

{1} Le n°459 de Télé 7 jours, qui présentait la série à l'occasion du lancement de la deuxième saison en 1969, indiquait "trente neuf histoires, découpées en cinq épisodes". Il n'y eu en tout et pour tout que 36 histoires diffusées au total.

{2} Nombreuses sont les pages Web qui, se recopiant les unes les autres, présentent la série comme une suite de "52" ou "55 minutes", diffusés à partir de février voire mars 1967. Ces informations, et notamment celles visiblement issues de l’ouvrage de Jean-Jacques Jelot-Blanc “Téléfeuilletons – les séries policières de la télévision française” - M.A. Editions de 1988, sont en partie erronées.

{3} Jacques Baudou et Jean-Jacques Schléret : “Meurtres en séries : Les séries policières de la télévision française” - Huitième Art, mars 1990 - pages 96 à 99.

{4} Jean-Marc Doniak : “Fictions françaises à la télévision” Tome1, 1945-1990 - Ed. Dixit, 1998 – pages 415 à 417.

{5} Les profils et photographies des personnages présentés dans ce texte sont issus des informations données dans le magazine Télé 7 jours.

{6} Guy Tréjan ou – mais moins souvent - Tréjean. De son vrai nom Guy Treichler. 1921 – 2001

{7} Télé 7 jours indique que depuis "Allô police", Guy Tréjan avait gagné le respect des "vrais" agents...

1 commentaire: